Comment Arrêter un Jeûne: Avertissement Général

Comment Arrêter un Jeûne: Avertissement Général
Write a comment

Il est plus facile de commencer un jeûne que de l'arrêter. Lis le témoignage suivant et qu'il puisse te servir de leçon! Voici ce qu'a écrit le frère Elijah Enyeji:

 "Je bénis le Seigneur mon Dieu de m'avoir gardé vivant pour rendre témoignage, et de pouvoir ainsi contribuer à aider des frères désireux de s'approcher de leur Père par le sacrifice du jeûne. Ce témoignage remonte à l'année 1981. J'avais déjà jeûné auparavant, mais le jeûne dont je vais parler avait duré vingt jours. C'était le plus long de ceux que j'avais faits auparavant. J'étais chez moi avec mes enfants. Ma femme était à l’école, dans une école, dans une autre partie du pays. Je n'avais jamais reçu d'enseignement sur la manière de rompre un jeûne, et je n'avais rien lu dans la Bible sur ce sujet.

Je me connaissais moi-même aussi bien que quiconque peut se connaître. Quand je suis en pleine santé, j'ai de l'appétit pour un grand nombre de bons plats. J'aime les gâteaux, les salades, le cocoyam fufu bien préparé avec une bonne soupe à l'okro, les œufs frits avec des tomates et des oignons. J'avais développé un solide appétit pour toutes ces choses tout le long de mes vingt jours de jeûne. A mesure que le jeûne approchait de sa fin, je priais, plus pour le jour où ce jeûne arriverait à son terme, que pour l'objet même du jeûne, c'est-à-dire la croissance numérique et spirituelle de l'assemblée. Notre réfrigérateur était rempli de toutes les bonnes choses que j'aimais. Il contenait des œufs, des poires, de la viande, des boissons sucrées, ainsi qu'un jus de goyave spécialement préparé pour moi par une sœur de l'assemblée.

Le jour où j'arrêtai mon jeûne, je commençai par boire un certain nombre de boissons sucrées. Puis je mangeai du gâteau et des œufs frits avec beaucoup de tomates et d'huile. J'avalai ensuite une bonne salade qui contenait beaucoup d'œufs et de morceaux d'avocats. Je bus ensuite du lait en grande quantité pour me donner de la résistance. Tout ceci se passait autour de 18 heures.

Plus tard, vers 20 heures, je pris du cocoyam fufu.

Pendant que je mangeais le fufu, Je vis que je transpirais à profusion et que ma force commençait à me quitter. Il fallut que l'un de mes enfants vienne m'aider à mettre la nourriture dans la bouche. Il ne fallut pas longtemps pour que je me précipite vers mon lit pour tenter d'y trouver un peu de réconfort.

Dans mon lit, il me fut impossible de fermer les yeux. Vers une heure du matin. les choses allaient très mal et échappaient presque complètement à mon contrôle. J'avais une sérieuse indigestion. Les gaz ne pouvaient sortir que par ma bouche. Mon estomac commença à enfler de plus en plus, et de plus en plus de gaz s'échappaient de ma bouche. J'allai aux toilettes, mais ne pus rien vomir. Il me semblait que mes intestins s'étaient complètement fermés, pour ne rien laisser passer. Puis ils commencèrent à se tordre, et je ressentis de vives douleurs. La douleur était si violente et si continuelle qu'il me semblait que j'allais mourir. Je pris un médicament laxatif appelé "Eno" et quelques autres produits pour combattre l'indigestion. Ces vives douleurs continuèrent pendant toute la nuit. Ce ne fut qu'au cours de la journée suivante que je pus aller aux toilettes pour me soulager d'une partie de tous les déchets qui se trouvaient en moi et pour sentir certaines douleurs s'atténuer. J'étais comme un homme qui revenait du territoire des morts, car j'avais été très près de mourir. J'avais éprouvé des douleurs tellement intenses et prolongées, et j'avais crié avec une telle force, que j'avais réveillé mes enfants, au plus fort de mon agonie.

J'ai appris une leçon amère sur la manière de rompre un jeûne. Je suis reconnaissant au Seigneur qu'Il m'ait fait miséricorde et qu'Il m'ait gardé en vie, pour que je puisse continuer à vivre pour Lui et servir Ses enfants de plusieurs manières, en particulier au travers de ce témoignage. J'ai fait d'autres jeûnes qui, bien que plus courts que celui dont je viens de parler, ont été rompus avec sagesse et sans douleur! Nous devons faire très attention à la manière dont nous rompons un jeûne. C'est parce que je ne l'avais pas fait que cette imprudence m'avait presque coûté la vie. L'expérience de notre assemblée s'est beaucoup accrue à présent dans ce domaine, et j'espère que tous en profiteront, afin de ne pas répéter mon erreur.

Amen"

Say something here...
Cancel
Log in with
or post as a guest
Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Author’s Posts

Related Articles

Image
Image
Image
© 1975 - 2021 | Articles4Revival | The Chronicles of CMFI
Christian Missionary Fellowship International