Du Feu Etranger

Du Feu Etranger
Write a comment

Les fils d’Aaron, Nadab et Abihu, prirent chacun un brasier, y mirent du feu, et posèrent du parfum dessus ; ils apportèrent devant l’Eternel du feu étranger, ce qu’il ne leur avait point ordonné.

Alors le feu sortit de devant l’Eternel, et les consuma : ils moururent devant l’Eternel. Moïse dit à Aaron : C’est ce que l’Eternel a déclaré, lorsqu’il a dit : Je serai sanctifié par ceux qui s’approchent de moi, et je serai glorifié en présence de tout le peuple. Aaron garda le silence. Et Moïse appela Mischaël et Eltsaphan, fils d’Uziel, oncle d’Aaron, et il leur dit : Approchez-vous, emportez vos frères loin du sanctuaire, hors du camp, Ils s’approchèrent, et ils les emportèrent dans leurs tuniques hors du camp, comme Moïse l’avait dit. Moïse dit à Aaron, à Eléazar et à Ithamar, fils d’Aaron : Vous ne découvrirez point vos têtes, et vous ne déchirerez point vos vêtements, de peur que vous ne mouriez, et que l’Eternel ne s’irrite contre toute l’assemblée. Laissez vos frères, toute la maison d’Israël, pleurer sur l’embrasement que l’Eternel a allumé. Vous ne sortirez point de l’entrée de la tente d’assignation, de peur que vous ne mouriez ; car l’huile de l’onction de l’Eternel est sur vous. Ils firent ce que Moïse avait dit. L’Eternel parla à Aaron, et dit : Tu ne boiras ni vin, ni boisson enivrante, toi et tes fils avec toi, lorsque vous entrerez dans la tente d’assignation, de peur que vous ne mouriez : ce sera une loi perpétuelle parmi vos descendants, afin que vous puissiez distinguer ce qui est saint de ce qui est profane, ce qui est impur de ce qui est pur et enseigner aux enfants d’Israël toutes les lois que l’Eternel leur a données par Moïse” (Lévitique 10 : 1-11).

Aaron le souverain sacrificateur avait deux fils. Ils étaient sacrificateurs. L’un d’eux devait devenir le souverain sacrificateur et entrer dans le Saint des Saints. En tant que sacrificateurs, ils avaient une place très spéciale dans les plans et desseins de Dieu. Ils avaient des responsabilités spéciales et des privilèges spéciaux. On s’attendait à ce qu’ils se comportent selon l’office élevé auquel ils avaient été appelés.

Plus l’office est élevé, plus une personne est appelée à mettre de côté sa volonté,

  • ses pensées,
  • ses méthodes,
  • ses plans,
  • ses inclinations,
  • ses intérêts,
  • toute chose,

et à chercher à connaître et à faire la volonté de Dieu. Il doit remplacer chacune de ses pensées, méthodes, plans, intérêts, désirs, inclinations et toute autre chose par ceux de Dieu.

L’office élevé signifie qu’un homme est parvenu à se saisir du fait que les pensées et les voies de Dieu sont très différentes des siennes; que ses meilleures pensées et ses meilleures méthodes sont une abomination pour Dieu. L’Eternel dit : “Car mes pensées ne sont pas vos pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, dit l’Eternel. Autant les cieux sont élevés au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et mes pensées au-dessus de vos pensées” (Essaïe 55: 8-9).

Le Seigneur Jésus avait reconnu ceci et avait agi en conséquence. La Bible dit : “car je suis descendu du ciel pour faire, non ma volonté, mais la volonté de celui qui m’a envoyé” (Jean 6 : 38).

Il S’était vidé Lui-même de toute la gloire du ciel et S’était vidé Lui-même de Sa propre volonté, de Ses propres pensées, méthodes, plans, de ce qu’Il aimait et n’aimait pas, de Ses intérêts, inclinations et toute autre chose avant qu’Il ne descende sur terre. Il Se sépara ainsi du commun. Les gens communs font ce qu’ils veulent,

  • quand ils veulent,
  • avec qui ils veulent,
  • là où ils veulent,
  • ce qu’ils veulent pour leurs propres raisons.

Ceux qui se sont séparés eux-mêmes du commun n’ont pas une telle liberté. Ils doivent faire ce que le Seigneur veut, sinon ils sont finis.

Les deux fils d’Aaron offrirent du feu étranger devant l’Eternel, contrairement à Son commandement. Ils étaient en office. Ils avaient accès aux brasiers et ils pensèrent qu’ils pouvaient les utiliser comme ils voulaient ! Ils n’en avaient pas l’autorisation, et pourtant ils agirent ! Le Seigneur avait commandé autre chose, mais ils décidèrent d’agir selon leur propre pensée. Ils mirent de côté le commandement de Dieu, et imposèrent le leur. Il restait à Dieu une seule chose à faire : les ôter de l’office et de la vie. Le feu sortit de devant l’Eternel et les consuma, et ce fut leur fin.

Aaron était le Souverain sacrificateur. Les deux fils qui moururent étaient les siens. Il garda silence. Ses deux autres fils gardèrent silence. Ils ne pouvaient pas réagir comme des hommes naturels. Ils en étaient séparés par le saint office. Moïse leur dit: “Vous ne découvrirez point vos têtes, et vous ne déchirerez point vos vêtements, de peur que vous ne mouriez, et que l’Eternel ne s’irrite contre toute l’assemblée. Laissez vos frères, toute la maison d’Israël, pleurer sur l’embrasement que l’Eternel a allumé. Vous ne sortirez point de l’entrée de la tente d’assignation, de peur que vous ne mouriez ; car l’huile de l’onction de l’Eternel est sur vous.

Il y a des choses qui sont impures et celles qui sont saintes. Chaque croyant doit s’assurer qu’il se sépare lui-même de ce qui est impur et accomplisse ce qui est pur. Cependant, il y a des choses qui sont pures et saintes pendant que d’autres sont pures et communes. Ceux qui se sont séparés des choses impures pourraient dans leur pureté se séparer aussi des choses pures et communes, afin qu’ils puissent occuper une certaine place dans le coeur de Dieu et faire ainsi ce que les autres ne pourraient pas être capables de faire. Cette séparation supplémentaire signifie qu’une personne pourrait être obligée de se comporter comme si elle n’avait pas d’affection naturelle, afin de faire quelque chose pour Dieu que ceux qui se sentent obligés de marcher selon leurs affections naturelles ne pourraient pas faire. Deux exemples pourraient rendre ceci clair: C.T. STUDD aimait bien sa femme, mais il se sépara d’elle par un consentement mutuel afin d’apporter l’Evangile au Congo. De cette “séparation du commun” naquit “La Croisade d’Evangélisation Mondiale” que Dieu a utilisée puissamment pour bénir des multitudes. La Parole de Dieu autorisait bien l’Apôtre Paul de vivre sur l’argent reçu des frères, et la plupart des ministres sont en train de le faire aujourd’hui, et c’est acceptable devant Dieu et même recommandé. Cependant, l’Apôtre Paul décida de ne pas utiliser ce droit ou ce privilège, mais de travailler nuit et jour à la fabrication des tentes, (sans diminuer l’investissement de lui-même dans l’Evangile), de manière à pourvoir à ses besoins et à ceux de ses compagnons ! Est-ce surprenant qu’il travailla plus dur qu’eux tous et implanta plus d’églises, écrivit plus d’épîtres, et fit plusieurs autres choses plus que les autres apôtres?

L’office spirituel est une position pour

  • le renoncement radical au “moi”,
  • le sacrifice radical
  • le risque radical de tout pour Christ.

Les deux fils d’Eli acceptèrent cet office, mais pensèrent qu’ils pouvaient l’utiliser pour faire ce qu’ils voulaient, au lieu d’être consacrés, ils étaient indulgents avec leurs pensées, leurs actes et peut-être avec le vin. Dieu ne pouvait pas supporter un tel abus d’office et c’est pourquoi Il les ôta immédiatement.

ATTENTION A L’OFFICE ÉLEVÉ !

Aaron pécha à la mort par désobéissance au sujet de ce que certains auraient considéré comme étant une très petite affaire.

Moïse pécha à la mort par désobéissance au sujet de ce que certains auraient considéré comme étant une très petite affaire.

Les deux fils d’Aaron péchèrent à la mort par désobéissance au sujet de ce que certains auraient considéré comme une petite affaire.

Le Seigneur avait dit : “Je serai sanctifié par ceux qui s’approchent de moi, et je serai glorifié en présence de tout le peuple.”

C’est un principe inchangeable ! Il a été dit que plus un homme est grand, plus grande est l’autorité qu’il exerce ; et plus l’autorité est grande, plus grand est le jugement. Oui, l’autorité qu’une personne exerce est proportionnelle à la position à laquelle Dieu l’a élevée. Le jugement qu’une personne pourrait recevoir pour échec moral est proportionnel à l’autorité qu’elle a exercée.  

Il y a des erreurs, des faiblesses, des échecs, des négligences et des choses semblables qu’on peut tolérer parmi les hommes de troupes, mais qui, commises par un général, lui coûteront son emploi. Il y a des erreurs que peut commettre une recrue et qui ont peu de conséquences sur elle-même et sur les autres. Cependant, l’erreur d’un général peut causer la perte de toute une guerre et peut-être conduire à la destruction d’une nation ou d’un continent.

Ceci te dit-il quelque chose ?

Ma prière est que cela te dise quelque chose. Ton utilité future pourrait dépendre de comment tu réagis à cet avertissement.

 
Say something here...
Cancel
Log in with
or post as a guest
Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Author’s Posts

Related Articles

Image
Image
Image
0
Shares
0
Shares