L’Assurance du Salut 1: Le Besoin d’une Pleine Assurance (Z.T. Fomum)

L’Assurance du Salut 1: Le Besoin d’une Pleine Assurance (Z.T. Fomum)
Write a comment

C’est la volonté de Dieu que tous ceux qui sont devenus de nouvelles créatures par l’union avec le Sei­gneur Jésus-Christ dans Sa mort, Sa résurrection et Son élévation, sachent avec certitude qu’ils ont la vie éternelle, et par conséquent qu’ils ne périront jamais. Cette assurance qu’ils sont passés d’une façon permanente de la mort à la vie en Christ, que le Seigneur les gardera sûrement jusqu’à la fin, que parce qu’ils sont en Christ, ils seront sûrement au ciel, c’est là l’héritage du vrai croyant, et il devrait s’en emparer pleinement.

La connaissance de cette assurance que Le Seigneur gardera le vrai croyant jusqu’à la fin est très importante pour les raisons suivantes:

1.     Elle Conduit À Se Reposer Dans Le Seigneur

Sans l’assurance du salut, il n’y a pas de repos dans le Seigneur. Un croyant sans assurance de son salut continue à lutter dans la chair afin de plaire à Dieu pour être un jour sauvé. Son service pour le Seigneur n’est pas motivé par la joie du salut, mais plutôt par la peur d’être rejeté. Un tel croyant ne peut pas réel­lement aimer le Seigneur, car l’amour parfait bannit la crainte. Étant sûr de son salut, la nouvelle créature de Dieu s’arrange à plaire au Seigneur par reconnaissance pour son salut si complet et non mérité. Un tel service est pur et naturel. Si une femme est mariée à un homme de qui elle a peur et qui pourrait la répudier un jour, elle ne peut jamais être totalement en paix dans sa maison. Jésus appelle Ses enfants au repos et à la paix. Il dit: “Je vous laisse la paix, je vous donne la paix. Je ne vous la donne pas comme le monde la donne. Que votre coeur ne se trouble point, et ne s’alarme point” (Jean 14: 27).

2.     Elle Conduit À Un Engagement Total Au Seigneur

Quand un croyant sait qu’il appartient au Seigneur Jésus maintenant et Lui appartiendra durant tout le temps et toute l’éternité, il donne tout au Seigneur Jésus par reconnaissance. Il Le sert pleinement et sans aucune réserve. Pense de nouveau à une femme qui sait avec certitude que son mari supportera tous les ennuis et les moments d’épreuves. Une telle femme se donnera entièrement à son mari et le servira avec plus de dévouement. D’autre part, la femme qui a peur un jour d’être chassée du foyer à cause d’une erreur de sa part ne pourra jamais se donner entièrement à l’homme et à leur relation. Elle se réservera de façon qu’en cas de divorce, elle ne puisse pas être complètement brisée, et elle pourra ainsi recommencer sa vie.

Jésus a promis de garder les Siens jusqu’à la fin. Ignorer cela, ou pire encore, douter de cela, c’est pécher gravement.

LE BESOIN D’UNE VRAIE CONVERSION

Avant de considérer en détail l’assurance totale du salut qui se trouve en Jésus, nous voulons faire remar­quer clairement que ce que nous disons ici ne s’applique pas à tout le monde. Il y a des fausses conversions ! Il y a beaucoup de gens qui font une certaine confession de foi et même semblent montrer une évidence apparente de la présence du Saint-Esprit dans leurs vies, mais qui ne sont pas réellement nés de nouveau. Assurer de telles personnes de la sécurité éternelle en Jésus-Christ serait un mensonge grossier, car ces gens n’appartiennent pas du tout au Seigneur Jésus.

Parmi les quatre sortes de terrain sur lesquelles les graines du semeur sont tombées, trois étaient inutiles pour Dieu: la semence tombée sur le chemin n’a pas germé. Ce n’était pas vraiment de la bonne terre; elle était inutile. La semence qui tomba dans les endroits pierreux germa et pour quelque temps, sembla pousser normalement; mais elle mourut aussi pour prouver que cette terre n’avait jamais été la véritable terre. La semence qui tomba parmi les épines fut étouffée. Elle ne produisit jamais de fruit. Cette terre non plus n’était pas la véritable. Seule la semence qui tomba sur la bonne terre porta du fruit. Seule cette terre représente la conversion authentique.

Nous disons très catégoriquement que ce message sur l’assurance du salut ne concerne que ceux qui sont la bonne terre. Ceux-là écoutent la Parole de Dieu, l’ac­ceptent et portent du fruit (Marc 4: 20). Les êtres humains peuvent avoir confondu la terre pierreuse et la terre épineuse avec la bonne terre, mais Dieu ne fait pas d’erreur. “Le Seigneur connaît ceux qui lui appar­tiennent” (2 Timothée 2: 19).

Ainsi, la pleine assurance est pour ceux qui sont authentiques, ceux-là qui sont connus du Père comme étant les Siens. De telles personnes répondent entière­ment au Seigneur avec leurs volontés, leurs pensées (entendement) et leurs affections (sentiments). Plusieurs personnes sont engagées par leurs volontés et leurs sentiments, mais elles ne comprennent pas. Elles ne peuvent donc pas aller loin. D’autres sont engagées par leurs pensées et leurs sentiments, mais leur volonté est libre; ainsi elles ne peuvent pas aller loin. D’autres encore sont engagées par leurs pensées et leurs volon­tés, mais leurs sentiments n’étant pas engagés, ces per­sonnes ne peuvent pas aller loin avec le Seigneur. Considérons trois exemples classiques à partir de la Parole de Dieu.

1.     Le Jeune Homme Riche (Marc 10: 17-22)

Ses sentiments étaient engagés. Il tomba aux pieds de Jésus et L’adora.

Son entendement (sa pensée) était engagé. Il connaissait ce que disait la loi et savait qu’il y avait quelque chose à faire en plus. C’est pourquoi il vint au Seigneur.

Sa volonté n’était pas engagée. Jésus le savait, c’est pourquoi il lui fit une prescription pour engager sa volonté. Il dit: “Il te manque une chose; va vendre tout ce que tu as, donne-le aux pauvres, et tu auras un trésor dans le ciel, puis, viens et suis-moi” (Marc 10: 21). Sa volonté était-elle engagée dans sa décision d’avoir la vie éternelle? La voulait-il ? Non. il ne la voulait pas. Il avait bien compris. Il avait de vrais sentiments, “mais, affligé de cette parole, il s’en alla tout triste; car il avait de grands biens” (Marc 10:22). Beaucoup d’évangélistes modernes l’auraient accueilli dans le “Royaume”. Ils lui auraient donné l’assurance du salut quoiqu’il ne fût pas sauvé. Plusieurs pasteurs l’auraient appelé plus tard un rétrograde. Cependant, il n’avait jamais été sauvé. Il n’avait jamais effleuré le royaume. Puis-je te poser une question: Ta volonté est-elle incluse dans ton engagement? Si non, tu n’es pas un enfant de Dieu. Si tu n’es pas prêt à obéir à Jésus dans tous les détails de ta vie maintenant, tu ne Lui appartiens pas. Puis-je te poser encore la question: “Ta volonté est-elle engagée ?”

2.     Le Scribe

“Un scribe s’approcha et lui dit: Maître, je te sui­vrai partout où tu iras. Jésus lui répondit: Les renards ont des tanières, et les oiseaux du ciel ont des nids; mais le Fils de l’homme n’a pas où reposer sa tête” (Matthieu 8:19-20).

  1. Sa volonté était engagée. Il voulait suivre Jésus partout.
  2. Ses sentiments étaient engagés.
  3. Son entendement n’était pas engagé. Pour cela, Jésus lui dit: “Je n’ai pas de maison. Si tu me suis, toi aussi tu n’auras pas de maison. Je n’ai pas de moyen visible de vie. Si tu me suis, toi aussi tu n’auras aucun moyen visible de vie.” Il aurait dû comprendre ce que cela lui coûterait. L’avait-il compris ?

3.     Le Disciple

“Un autre d’entre les disciples lui dit: Seigneur permets-moi d’aller d’abord ensevelir mon Père. Mais Jésus répondit: Suis-moi et laisse les morts ensevelir leurs morts” (Matthieu 8:21-22).

  1. Sa volonté était clairement engagée.
  2. Son entendement était engagé.
  3. Ses sentiments n’étaient pas engagés. Ils étaient partagés. Une partie de lui soupirait après Jésus, et une autre pour ses parents. Jésus était en train de lui dire: “Tes sentiments sont confus. Clarifie-les. Est-­ce moi que tu veux ou bien tes parents ? Si c’est moi que tu veux, laisse les morts ensevelir les morts.”

Ainsi comme vous voyez, Jésus exigeait un engage­ment total de ceux qui Le suivaient. Il n’acceptait pas de demi-mesure. Il ne forçait personne à venir à Lui. Il invitait tous ceux qui viendraient à Lui à évaluer le coût. Parce que le Seigneur connaît les êtres humains, il ne Se fie pas aux foules. Il n’est pas ému par de simples larmes. Il regarde plus profondément. La Bible dit: “Pendant que Jésus était à Jérusalem, à la fête de Pâque, plusieurs crurent en son nom, voyant les miracles qu’il faisait. Mais Jésus ne se fiait point à eux, parce qu’il les connaissait tous, et parce qu’il n’avait pas besoin qu’on lui rendit témoignage d’au­cun homme; car il savait lui-même ce qui était dans l’homme” (Jean 2: 23-25).

Le Seigneur considère comme sauvés, seuls ceux qui viennent à Lui avec leur volonté, leur entendement et leurs sentiments. Tous les autres ne sont pas sauvés quel que soit ce qu’ils confessent. Si quelqu’un continue délibérément à pratiquer le péché, c’est-à-dire sachant que ceci est péché, qu’il soit averti. Ce sont là de sérieuses indications qu’il n’est pas enfant de Dieu. La Bible dit: “Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi. Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n’y a pas en Lui de péché. Quiconque demeure en Lui ne pèche point; quiconque pèche ne l’a pas vu et ne l’a pas connu. Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste. Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable. Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu. C’est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, non plus que celui qui n’aime pas son frère” (1 Jean 3: 4-10).

Si tu t’es débarrassé de tous tes péchés connus, et que par la grâce de Dieu tu vis en communion avec le Seigneur Jésus, et de tout ton coeur, que tu es déter­miné à L’aimer jusqu’à la fin, je t’assure, en me basant sur la Parole de Dieu, que tu es éternellement en sécurité dans les mains du Seigneur Jésus. Voici ci-dessous des raisons solides à partir de la Parole de Dieu sur les­quelles tu peux baser ton assurance.

LA PRÉCONNAISSANCE DE DIEU

Tu n’es pas devenu croyant par accident. Dieu savait dès la fondation du monde que tu naîtrais et recevrais Christ. Il a accepté dès la fondation du monde de venir habiter en toi. Il ne peut pas avec le temps changer Sa pensée au sujet des décisions qu’Il a prises dans l’éter­nité. Il t’a connu d’avance avec tes faiblesses et tes chutes particulières, pourtant, Il a ordonné qu’en Christ, tu parviennes à une connaissance salutaire de Dieu. Cette “préconnaissance” et cette “pré-ordina­tion”, Il les a maintenant accomplies en pratique, en t’amenant à la connaissance de Son Fils. Rien ne peut détruire le plan préétabli de Dieu. La Parole de Dieu dit: “Car, ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères. Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés” (Romains 8: 29-30). Note que c’est l’oeuvre de Dieu du début jusqu’à la fin. Il a connu d’avance; Il a prédestiné; Il a appelé: Il a justifié; Il a glorifié. Il ne t’a pas connu d’avance comme une personne merveilleuse. Il t’a connu d’avance comme un pécheur, un rebelle. Il ne t’a pas prédestiné parce que tu étais merveilleux. Tout au contraire, Il l’a fait parce que tu étais désespéré. Il ne t’a pas appelé parce que tu étais très spécial. Il l’a fait par amour. Tu te tiens maintenant en Christ étant justifié non à cause de ta merveilleuse spiritualité, mais à cause de Son amour inchangeable. Lui qui a fait tout le reste par Sa propre volonté complétera sûrement ce qu’il a commencé. Il te glorifiera quand Jésus viendra. Tu devrais L’adorer pour un si grand salut accompli à ton égard par Lui.

La Bible dit: “En Lui Dieu nous a élus, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints et irrépréhensibles devant lui, nous ayant prédestinés dans son amour à être ses enfants d’adoption par Jésus-­Christ, selon le bon plaisir de sa volonté” (Éphésiens 1:4-5). L’apôtre Paul parlait de son élection de cette façon:“Mais lorsqu’il plut à celui qui m’avait mis à part dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce, de révéler en moi son Fils, afin que je l’annon­çasse parmi les païens, aussitôt, je ne consultai ni la chair ni le sang” (Galates 1: 15-16). Le Seigneur dit de Jérémie: “Avant que je t’eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais, et avant que tu fusses sorti de son sein, je t’avais consacré, je t’avais établi prophète des nations” (Jérémie 1:5).

Dieu te connaissait avant que tu existes comme réalité physique et Son but pour toi était alors établi. Ce but était que par Sa grâce tu parviennes à la connaissance de Son Fils et que par Lui tu sois sauvé éternellement. Ce but de Dieu subsistera, car rien ne peut s’opposer à Ses desseins. Job pouvait dire du Seigneur: “Je recon­nais que tu peux tout, et que rien ne s’oppose à tes pensées” (Job 42: 2). Le diable et tout dans le monde ne peuvent s’opposer au but éternel de Dieu, non seule­ment de te justifier, mais aussi de te glorifier. Vois-tu, si Dieu voulait te sauver, en te donnant la foi en Christ, mais sans pouvoir te sauver jusqu’à la fin, Il serait un Dieu faible. Cependant, Il n’est pas faible. Il est puis­sant. Sa Parole dit: “C’est aussi pour cela qu’Il peut SAUVER PARFAITEMENT CEUX QUI S’APPRO­CHENT DE DIEU PAR LUI, étant toujours vivant pour intercéder en leur faveur” (Hébreux 7: 25).

Say something here...
Cancel
Log in with
or post as a guest
Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Author’s Posts

You may also like the following articles:

Image
Image
Image
0
Shares
0
Shares