La Relation Entre le Disciple et le Faiseur de Disciples

La Relation Entre le Disciple et le Faiseur de Disciples
3 Comments

Nous croyons que la relation entre le disciple et le faiseur de disciples doit être clarifiée. Si nous considérons la relation qui existait entre le Seigneur de gloire et Ses disciples et celle qui existait entre l'apôtre Paul et Timothée, etc., nous pouvons dire ce qui suit.

 1 - La relation entre le disciple et le faiseur de disciple est fondamentalement quelque chose d'organique et de spirituel et non pas juste le fruit des manipulations et de l'organisation humaine. D'une manière ou d'une autre, il faut qu'il y ait une assurance intérieure que le Seigneur voudrait cette relation entre le disciple et le faiseur de disciples. Le faiseur de disciples doit voir le disciple comme quelqu'un que le Seigneur lui a donné, afin qu'il oeuvre pour le présenter mûr en Christ. Il considère le disciple comme un dépôt sacré donné par le Seigneur et pour lequel il rendra compte en ce jour-là. Il sent qu'il faut travailler, afin que lui aussi, comme le Seigneur Jésus, puisse dire au Père : "J'ai fait connaître ton nom aux hommes que tu m'as donnés du milieu du monde. Ils étaient à toi, et tu me les as données ; et ils ont gardé Ta Parole. Maintenant, ils ont connu que tout ce que m'as donné vient de toi" (Jean 17:6-7).

 Sachant qu'il lui faudra rendre compte au jour du jugement de la qualité de son engagement au disciple, le faiseur de disciples se déversera entièrement dans la tâche : esprit, âme, et corps. Il supportera le disciple pendant tout le temps nécessaire pour le transformer de l'état de bébé spirituel engagé à l'état de disciple mûr. Il ne s'agit pas de le rejeter quand il a échoué ou rétrogradé, mais le faiseur de disciples le supportera, et l'encouragera toujours. Le Seigneur Jésus, le Suprême faiseur de disciples, supporta Pierre lorsque celui-ci Le renia. Il lui apparut spécialement après la résurrection, peut-être pour le rassurer de Son pardon ; et quand Pierre conduisit les autres à rétrograder pour rentrer à la pêche, le Maître-Faiseur de Disciples était là au bord du lac avec l'amour, le petit-déjeuner et la restauration. Bien qu'il y ait lieu de corriger le disciple et même de le discipliner dans l'amour, il n'y a pas lieu de le rejeter et de le mettre à côté. Quiconque dit à un plus jeune disciple: "Parce que tu as fait ceci, bien que tu veuilles que je continue à te former, je ne le ferai plus", n'a pas l'esprit du Maître-Faiseur de Disciples. Il n'est pas digne de former quiconque. Le faiseur de disciples doit manifester envers le disciple la même tendresse et la même patience que le Seigneur Jésus a manifestées envers lui.

 2 - La relation disciple-faiseur de disciples est celle d'une personne qui est conduite au dirigeant et non celle d'un serviteur à un seigneur. Le faiseur de disciples est un dirigeant qui dirige le disciple sur le chemin du Seigneur par l'exemple, et non pas un patron qui donne des ordres. Ainsi le faiseur de disciples se considère lui-même comme un frère aîné dans le Seigneur qui a la responsabilité d'aider un plus jeune frère dans le Seigneur à apprendre de lui comment être comme Christ. Il n'est pas un commandant pour donner des ordres. Il est un dirigeant qui dit : "Jeune frère, voici le chemin du Seigneur. J'y suis engagé. Viens avec moi le long de ce chemin. Je ne le connais pas entièrement, mais je vais t'aider autant que je m'y connais, et ensemble, nous apprendrons du Seigneur ce que nous ne connaissons pas encore." Il offre son aide au jeune disciple, non pas juste pendant la soirée où le jeune disciple a cru, mais pendant des jours, des mois, et des années. Son principal engagement est de vivre la vie chrétienne de manière que le plus jeune disciple puisse la voir vécue et ainsi, apprendre à la vivre. Ce n'est pas autant une affaire de théorie, qu'une affaire de vie.

 3 - La relation disciple-faiseur de disciples est un profond engagement à s'aider l'un l'autre. Le Seigneur partageait tout ce qu'Il avait avec Ses disciples. S'Il était riche, alors les disciples étaient riches. Ce qu'Il avait, les disciples l'avaient aussi. Ce que le Seigneur n'avait pas, les disciples ne l'avaient pas. Ils avaient tout en commun. Dans l'Eglise primitive, les disciples avaient tout en commun. Il est insensé de penser à un riche faiseur de disciples dont le disciple est dépourvu de nécessités fondamentales de la vie. Je crois aussi qu'il est insensé de penser à un faiseur de disciples qui n'a pas le nécessaire de base pour vivre alors que son disciple regorge de richesses. Je vois le besoin de partager non seulement les ressources spirituelles, mais aussi les ressources matérielles. Le Seigneur avait des disciples-femmes. Celles-ci Le suivaient avec les douze. Elles assistaient le Seigneur et les douze de leurs biens. "Ensuite, Jésus allait de ville en ville et de village en village, prêchant et annonçant la bonne nouvelle du royaume de Dieu. Les douze étaient avec Lui, et quelques femmes qui avaient été guéries d'esprits malins et de maladies : Marie, appelée Madeleine, de qui étaient sortis sept démons, Jeanne, femme de Chuza, intendant d'Hérode, Suzanne, et plusieurs autres qui l'assistaient de leurs biens" (Luc 8: 1-3). Ces disciples-femmes du Seigneur L'assistaient, Lui et les douze, de leurs biens. Elles Le suivaient aussi.

 En ce qui concerne le degré de partage des biens entre le disciple et son maître, c'est une question qui nécessite beaucoup de prière et d'obéissance à la direction du Saint-Esprit. Aucun partage ne doit résulter de la contrainte. Il faut que ce soit toujours un flot d'amour. Nous pouvons juste dire que l'exemple Suprême, le Seigneur Jésus, donna tout ce qu'Il avait à Ses disciples. Tous doivent apprendre de Lui. Cependant, chaque disciple du Seigneur, à la fois le jeune disciple et le disciple mûr qui le forme, tous deux doivent suivre les recommandations suivantes des Ecritures : "Si quelqu'un n'a pas soin des siens, et principalement ceux de sa famille, il a renié la foi, et il est pire qu'un infidèle" (1 Timothée 5: 8). "Si quelque fidèle, homme ou femme, a des veuves, qu'il les assiste, et que l'Eglise n'en soit point chargée, afin qu'elle puisse assister celles qui sont véritablement veuves" (1 Timothée 5:16). "Nous vous recommandons frères, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ, de vous éloigner de tout frère qui vit dans le désordre, et non selon les instructions reçues de nous. Vous savez vous-mêmes comment il faut nous imiter, car nous n'avons pas vécu parmi vous dans le désordre. Nous n'avons mangé gratuitement le pain de personne ; mais dans le travail et dans la peine, nous avons été nuit et jour à l'oeuvre, pour n'être  à charge à aucun de vous. Ce n'est pas que nous n'en eussions le droit, mais nous avons voulu vous donner en nous-mêmes un modèle à imiter. Car, lorsque nous étions chez vous, nous vous disions expressément: Si quelqu'un ne veut pas travailler, qu'il ne mange pas non plus. Nous apprenons, cependant, qu'il y en a parmi vous quelques-uns qui vivent dans le désordre, qui ne travaillent pas, mais qui s'occupent des futilités. Nous invitons ces gens-là, et nous les exhortons par le Seigneur Jésus-Christ, à manger leur propre pain, en travaillant paisiblement" (2 Thessaloniciens 3:6-12).

 4 - La relation entre le disciple et le faiseur de disciples ne doit pas être entretenue de telle manière que le faiseur de disciples devienne Dieu pour le disciple. Il ne faut pas que ce soit le cas. Ce n'est pas une relation de tyrannie. C'est une relation d'amour et d'encouragement. Le faiseur de disciples n'est qu'une aide. Il faut apprendre au disciple à s'attendre devant Dieu, à L'entendre et à exécuter ce que le Seigneur lui commande de faire. Le faiseur de disciples doit toujours se rappeler que le but de la formation de disciples est de produire des disciples du Seigneur ; des gens qui ressemblent au Seigneur Jésus; des "mini-Jésus" et non des gens qui sont finalement comme le faiseur de disciples. Le faiseur de disciple doit former le plus jeune disciple de telle manière que le plus jeune disciple connaisse le Seigneur et fasse plus de progrès dans la ressemblance à Christ que le faiseur de disciples. Le faiseur de disciples n'est pas un intermédiaire entre le Seigneur Jésus et celui qu'il forme. Il faut qu'il amène le disciple à voir qu'il doit chercher Dieu, Le connaître, et recevoir de Lui ce qu'il doit faire et le faire. Il faut qu'il lui fasse comprendre que s'il y a un conflit entre ce que dit le Seigneur et ce que son faiseur de disciples dit, il faut obéir au Seigneur. Si le faiseur de disciples est réellement mûr, il s'assurera que le disciple le connaisse profondément, imite ses points forts et évite ses faiblesses, oeuvrant toujours pour être comme le Seigneur Jésus et même encourageant celui qui le forme à presser de l'avant pour ressembler à Christ.

Say something here...
Cancel
Log in with
or post as a guest
Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Author’s Posts

You may also like the following articles:

Image
Image
Image
0
Shares
0
Shares