Soyez mes imitateurs (Z.T.Fomum)

Soyez mes imitateurs (Z.T.Fomum)
2 Comments

Dans le monde, les dirigeants se dérobent aux tâches les plus difficiles. Ils fuient le travail risqué. Ils envoient les autres à la guerre et se cachent dans la sécurité et le confort de la maison. Ce n’est pas acceptable. Qu’on ne trouve pas cela dans l’église.

Néhémie était le dirigeant du peuple. Il faisait la planification et l’administration.  Il aurait pu s’arroger certains privilèges et s’exempter des tâches difficiles. Il ne le fit pas. Il prit plutôt la direction dans le chemin du sacrifice. Il dit : « Et nous ne quittions point nos vêtements, ni moi, ni mes frères, ni mes serviteurs, ni les hommes de garde qui me suivaient. Chacun n’avait que ses armes et de l’eau. » Il était l’exemple de ceux qui étaient au front de bataille, prêts à travailler à chaque minute en portant sur eux leurs vêtements, et prêts à combattre à chaque minute en ayant toujours avec eux leurs armes à la main. Ce fut là son attitude, et elle s’appliquait à

  • ses frères,
  • ses serviteurs, et
  • les hommes qui le suivaient.

 Le privilège que ces gens avaient d’être dans son cercle intime était celui d’avoir plus de souffrance. Les autres étaient de garde la nuit et travaillaient pendant le jour. Lui et ses hommes étaient de garde la nuit et le jour, et travaillaient la nuit et le jour. Que Dieu suscite dans l’église des leaders qui diront : « Soyez mes imitateurs, comme moi je le suis de Christ. » Puissions-nous être de tels dirigeants, et l’église du Seigneur sera réellement bénie.

 Néhémie n’avait pas seulement montré l’exemple que le peuple devait suivre par le travail dur.  Il le montra aussi en sacrifiant son droit aux choses. La Bible dit : « Dès le jour où le roi m’établit leur gouverneur dans le pays de Juda, depuis la vingtième année jusqu’à la trente-deuxième année du roi Artaxerxès, pendant douze ans, ni moi, ni mes frères n’avons vécu des revenus  du gouverneur. Avant moi, les premiers gouverneurs accablaient le peuple et recevaient de lui du pain et du vin, outre quarante sicles d’argent, leurs serviteurs mêmes opprimaient le peuple. Je n’ai point agi de la sorte, par crainte de Dieu. Bien plus, j’ai travaillé à la réparation de cette muraille, et mes serviteurs tous ensemble étaient à l’ouvrage. J’avais à ma table cent cinquante hommes ; Juifs et magistrats, outre ceux qui venaient à nous des nations d’alentour. On m’apprêtait chaque jour un bœuf, six moutons choisis, et des oiseaux et tous les dix jours on préparait en abondance tout le vin nécessaire. Malgré cela, je n’ai point réclamé les revenus du gouverneur, parce que les travaux étaient à la charge de ce peuple.

 Souviens-toi favorablement de moi, ô mon Dieu, à cause de tout ce que j’ai fait pour ce peuple ! » (Néhémie 5 :14-19)

 Néhémie était vraiment leur leader. Il donna l’exemple :

  • Il refusa les revenus du gouverneur qui était son droit pour douze années.
  • Il s’attacha à l’ouvrage et n’acquit pas de maison pour lui-même. Il était trop occupé au travail pour se préoccuper des choses secondaires.
  • Ses serviteurs n’opprimèrent pas le peuple, au contraire ils étaient tous à l’ouvrage.
  • Il nourrit très bien des multitudes de personnes, à ses propres frais, en refusant de réclamer les revenus du gouverneur pour leur alimentation.

 Pourquoi avait-il fait les choses d’une façon si exemplaire ? Il y a raisons pour cela. La première est la crainte du Seigneur. Il mit Dieu en premier lieu et agit comme Dieu lui demandait d’agir. Il était engagé aux intérêts du Seigneur.

La deuxième raison est qu’il était profondément engagé envers le peuple. Il vit que la servitude pesait sur le peuple et refusa donc d’ajouter à leur joug.

 La troisième raison est qu’il espérait et savait que Dieu se souviendrait de lui et le récompenserait, et ce qui était de loin plus grand que tout honneur que plusieurs pourraient jamais lui donner.  Il n’était pas pressé. Il attendait la récompense de Dieu.

 Ainsi, de cette manière, il prouva que le fait que Dieu l’avait choisi comme dirigeant était correct. Il poursuivit le travail et acheva l’œuvre, et restaura les choses. Il accompli réellement le but qu’i s’était fixé.

 Puissions-nous aussi attendre de Dieu, attendre Sa voix, Lui obéir et ainsi, nous aussi comme Néhémie, seront réellement bénis.

 Gloire soit au Seigneur !

 

 

 

Say something here...
Cancel
Log in with
or post as a guest
Loading comment... The comment will be refreshed after 00:00.

Be the first to comment.

Author’s Posts

You may also like the following articles:

Image
Image
Image
0
Shares
0
Shares